Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Andrei2010
Messages : 616
Date d'inscription : 22/04/2016

Tests d'autocars sur les lignes aéroportuaires et autoroutières de la RATP

Message par Andrei2010 le Mer 19 Sep 2018 - 12:14
Les nouvelles normes européennes exigent que les véhicules de transport en commun utilisant les autoroutes et voies express ne transportent plus de voyageurs debout. La conclusion logique est qu'il faut exploiter les lignes concernées avec des véhicules disposant d'un maximum de places assises, c'est à dire : des autocars de ligne.

Des essais ont été menés récemment par la RATP. avec et/ou sans voyageurs sur plusieurs lignes, dont la 291 et, dernièrement, la 215 (Orlybus).

Le problème, c'est que ces deux lignes semblent être les plus chargées de toutes les lignes autoroutières exploitées par la Régie. Et, connaissant la discipline légendaire du francilien (et pire, du parisien), on se doute bien que les voyageurs continueront de s'entasser dans les cars, et refuseront d'en descendre lorsqu'ils ne trouveront pas de places assises. Solution : améliorer fortement les fréquences.

Le deuxième problème, c'est qu'il faudra augmenter très fortement les fréquences de certaines de ces lignes. Par exemple, l'Orlybus, exploité aujourd'hui en articulés, est toujours plein. Seuls des autocars de ligne articulés pourraient convenir, s'ils existent, et encore, à condition d'intensifier les fréquences de la ligne !

Mais améliorer fortement les fréquences, cela veut dire augmenter fortement le parc de véhicules, embaucher beaucoup de personnel de conduite, etc. Bref, on est plus proches du gouffre financier que d'autre chose.

La RATP et STIF/IDFM envisagent une autre solution, plutôt radicale : faire passer ces lignes sur la voirie urbaine, sans ajout d'arrêts intermédiaires. Cela exigera mécaniquement un rallongement de la durée du voyage, bien entendu. Et logiquement une augmentation du parc, et du personnel, mais pas aussi fortement que dans le cadre de la solution "autocar de ligne". L'avantage supplémentaire est qu'un parcours urbain permet l'utilisation de véhicules urbains : cela faciliterait les habillages et supprimera le besoin de véhicules faits "sur mesure" pour l'autoroutier (comme les UW12 spéciaux de l'Orlybus, les MAN optimisés du Roissybus, les Citaro C1 autoroutiers achetés il y a plus de 15 ans, etc) .

Si cette solution est adoptée, nous aurons, en gros, la situation suivante :

350 - Métro "La Courneuve 1945" - Bourget - Vaudherland - Roissy (cette modification est déjà prévue dans le cadre du Grand Paris des Bus de Banlieue)
351 - Galliéni - Romainville Carnot - Pont de Bondy - Blanc Mesnil RER B - Aulnay Citroën - Roissy (c'est une supposition personnelle)
291 - Pont de Sèvres - Brimborion - Bellevue - Eglise de Meudon - Tapis Vert - Clamart / Velizy (c'est une supposition personnelle)
297 et 291 - passage par la Nationale au lieu de la A6
Orlybus - passage par Pte d'Italie, puis par la Nationale jusqu'à Orly (c'est l'actuel trajet "de secours" en cas de blocage de la A6)
Roissybus - passage par Av. de St-Ouen, Maréchaux, Pte de la Villette, puis par la Nationale jusqu'à Vaudherland, puis Roissy. (c'est une supposition personnelle)

Quitte à répéter, ces nouveaux trajets devront rester directs ou semi-directs (quelques arrêts à des points importants du nouveau parcours), pour ne pas allonger excessivement la durée du voyage.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum